JEV_LAST_YEAR Le mois dernier Juillet 2021 Mois suivant Année suivante
L Ma Me J V S D
week 26 1 2 3 4
week 27 5 6 7 8 9 10 11
week 28 12 13 14 15 16 17 18
week 29 19 20 21 22 23 24 25
week 30 26 27 28 29 30 31

 

batards B

 

Les batârds

Cet été, la péniche « Camille » lève l'ancre pour une tournée de spectacles et concerts, avec, à son bord, des musiciens et circassiens. 

Durant son trajet, elle s’arrêtera à Huy, pour un programme complet :

  • 16h – KermesZ à l'Est

  • 17h30 – La Jungle 

  • 19h – Blast

  • 20h30 – Pin Pon, de la Cie Not Pink Enough (dès 10 ans)

 

Les artistes présents, pirates de la culture, naviguent à contre-courant, bravent les écluses, jettent leur ancre dans les profondeurs historiques de notre bassin houiller et accostent le public. C’est à coups de fanfares, de distorsions et de rires qu’ils ont l’intention de lutter contre les vents et marées de la morosité ambiante.  

 

La tournée « Les Bâtards » sera à l’image de notre pays. Ses différentes prestations artistiques navigueront entre autodérision, surréalisme, absurdité, inventivité et modestie, le tout dans un univers festif si typique de nos contrées.

 

 

Mardi 3 août • 16h

Quai Batta

 

Entrée libre. Jauge limitée. Réservation souhaitée.
Réservations uniquement en ligne durant la fermeture du centre.

 

Reservation expo Utick

 
Les spectacles ont lieu en extérieur, au bord de l’eau, rive gauche, en face du centre Batta.
Des nappes seront posées sur l’herbe pour vous accueillir le temps d’un spectacle ou pour tout l’après-midi. Les paniers pique-nique sont les bienvenus.

 

Programmmation : 

 

 KermesZw  

 

KermesZ à l'Est

 

Derrière ce nom, 8 musiciens aux personnalités bien trempées développent une fusion originale entre mélodies des balkans, métal, math rock, électro et free jazz. Avec leur look inimitable de métalleux sans guitares, de punks intellos, de black block romantiques, ils sont aussi pourvus d’un sens de la dérision typique de leur Belgique natale, prêts à décoiffer le plus gominé des rockeurs.

 

En effet, ce répertoire unique est relevé par une mise en scène décapante, puisant dans le freak show et les cabinets de curiosités pour proposer un spectacle explosif, dansant et festif à souhait.

     
 La jungle  

 

La Jungle

 

Avec La Jungle, on oublie les catégories musicales stéréotypées et maintes fois entendues pour laisser place à un son plus atypique. Fonctionnant principalement sur le tandem basse/batterie et en y incluant de sobres touches électroniques, le duo évite magistralement les cases préconçues pour un résultat qui oscille – et on s’excuse d’ores et déjà pour la classification facile – entre noise music et math-rock. 

 

Au travers de leurs productions, les deux artistes proposent une musique vrombissante, explosive, transcendante dont l’objet principal n’est nullement d’être anticonformiste, mais bien de mettre à l’honneur les instruments afin d’en tirer un son dont l’attraction mélodique outrepassera la simple écoute de consommation.

 

Taillé pour le live, le travail de La Jungle agit sur l’auditeur comme une drogue subtile qui prend habilement possession de l’esprit. Les muscles se détendent, les membres se délient, La Jungle agit sur le corps et les sens pour un good-trip sans descente.

     
 Blast  

 

Blast

 

Du groove en lourdeur, Blast vous fait bouger la tête d'avant en arrière à la manière du vélociraptor dans Jurassic Park. Mélangeant librement le jazz avant-gardiste aux grooves hip-hop, le groupe recherche l'énergie de la fougue dans le vol d'un oiseau.

     
 pinpon  

 

Pin Pon, de la Cie Not Pink Enough


Cette comédie musicale actuellement en création va brandir en chansons et jubilations la décadence absurde de l’humanité.


La « Bonhomme » apparaît dans la foule, poussant sa brouette et distribue des peluches. Cette brouette humanisée, ce totem customisé avec ses jouets sera sa partenaire avec laquelle elle joue à saute-humeur.

 

Dans une ambiance de « cérémonie Bontempi », elle entre dans une joyeuse transe pour nous amener dans les coins les plus délirants de la nature humaine. La douceur et la mollesse des peluches stimulent les câlins, certes. Mais on peut tout aussi facilement les mordre, écraser, brûler et enfin se libérer de nos pulsions destructrices. 

 

Les textes acidulés sont inspirés de « Microfictions » de Régis Jauffret ainsi que de faits-divers puisés dans « le Nouveau Détective ». La Bonhomme va alcaliniser tout ça avec de l’electro choubidou, des jouets, des jolies voix enfantines, lyriques et couinements de joie. Ce solo trash-bonbon va exposer des tableaux joyeux et, par l’humour noir, chatouiller les parties disgracieuses de nos existences.

 


Retour